Le Serment des Ennemis de Saint-Narcisse - Etudes de l'impact des serments sur les engagements présents

Aller au contenu
Contes à Rebours

Le Serment des ennemis De Saint-Narcisse

Narcisse de Jérusalem (213 ou 231), évêque de Jérusalem a dû succéder à l'évêque  Dolichien vers l'an 185. Ce devait être un homme déjà âgé, octogénaire selon la tradition. C'est un  saint  des  Églises chrétiennes, célébré localement le  29 octobre (voir miracle de l'huile)
3 pécheurs invétérés, inquiets des mœurs austères et de la sévérité de leur évêque, l'accusèrent faussement de crimes épouvantables et, pour donner plus de force à leurs dires, lui souhaitèrent avec de grands serments, l'un de périr par le feu, l'autre d'être rongé par la lèpre et le troisième de devenir aveugle. Personne ne prêta attention à leurs calomnies. Mais Narcisse, qui en fut très affecté, choisit de disparaître. Il alla se cacher dans le désert pour y vivre en «philosophe» comme il en avait depuis longtemps le désir secret. Les évêques du voisinage, ne sachant ce qu'il est devenu, songèrent à le remplacer.
Ils consacrèrent d'abord un certain Dios qui ne dura guère, puis Germanion qui mourut à son tour, enfin Gordios.  Pendant ce temps, les deux premiers calomniateurs moururent de la mort qu'ils envisageaient pour Narcisse, l'un dans l'incendie de sa maison, l'autre frappé d'une maladie affreuse et soudaine. Le troisième, épouvanté, confessa leur machination et, dans son repentir, versa tant de larmes qu'il en perdit l'usage de ses yeux.

Retourner au contenu | Retourner au menu