Le Midrash des trois serments - Etudes de l'impact des serments sur les engagements présents

Algorithmes C.A.R.M.A ©
Avantages des adhérents Carma
Sommaire
Aller au contenu

Menu principal :

Contes à Rebours

Le midrash des trois serments
D'après cette aggada (récitation) ou récit talmudique,
Dieu aurait réglé les relations entre Juifs et non-juifs (ou Gentils, ou goyim) en leur faisant jurer trois serments :


L’un concerne le fait que le peuple d’Israël ne montera pas en masse ;  
le second est celui qu’a fait jurer le Saint, béni soit-Il, à Israël de ne pas se révolter contre les nations ;
et le troisième est celui que le Saint, béni soit-Il, a fait jurer aux nations
de ne pas asservir le peuple d’Israël plus qu’il ne faut.


La Guemara se conclut par un avertissement de Rabbi Eléazar :
Le Saint, béni soit-Il, a dit à Israël : si vous tenez ce serment, tant mieux,
sinon Je laisserai vos chairs à la merci de tous comme les gazelles et les biches des champs.

Moïse Maïmonide invoque les trois serments dans sa lettre à l'attention des Juifs du Yémen pour enjoindre ses destinataires à demeurer dans le pays en dépit des persécutions qu'ils y subissent.

Le Talmud babylonien rapporte aussi qu’il y a deux mille ans, lorsque le Temple de Jérusalem fut détruit, les juifs prêtèrent serment à Dieu : de ne  jamais immigrer en masse en Terre d’Israël, de ne jamais (se) rebeller contre les autres nations et de ne jamais tenter de terminer l’exil.

Condamnation ou justification du projet sioniste? Ce récit provoque depuis longtemps un vrai débat théologique entre plusieurs parties du monde juif orthodoxe.....

Copyrights CARMA - 2005 - 2017
Retourner au contenu | Retourner au menu